8x22 2

Desperate Housewives

[8x20]- Lost my power à [8x23]- Finishing the hat

3 coeurs

"Renée was so stinking drunk she couldn't tell her ass from her elbow"- Karen McCluskey


Même si ça restera une des séries que j’ai pris le plus de plaisir à regarder, il était temps que Desperate nous quitte vu le niveau de ses dernières intrigues. Ce n’est pas un secret, depuis quelque temps, le manque d’inspiration se fait cruellement sentir et le bond dans le temps censé redonner un coup de jeune à l’ensemble n’aura servi à rien. Cela faisait un moment qu’elle aurait dû raccrocher à mon sens. Cette dernière saison n’a pas échappé à la règle. Elle avait pourtant bien commencée et quand Bree recevait le même mot que Mary-Alice, j’ai repris espoir. J’ai été bien vite déçue et les derniers épisodes n’y ont rien changés. 

Commençons par parler de Bree qui reste encore et toujours, le personnage le plus intéressant à suivre. Même si je n’adhérais pas vraiment à toute cette histoire autour du procès pour le meurtre d’Alejandro, j’étais curieuse de voir la tournure des évènements. J’étais loin d’imaginer que le tout aille jusqu’au procès, je voyais déjà un twist improbable permettre à Bree de s’en sortir et finir par siroter des cocktails dans son jardin parfait. C’est à peu près ce qui s’est passé mais en mieux. L’entrée en scène de McCluskey était juste parfaite et d’une certaine façon émouvante. Après que les filles se soient proposées spontanément de se relayer pour s’occuper d’elle dans ses derniers jours elle a souhaité faire un dernier geste pour leur prouver à quel point elle les aime aussi, un très beau geste donc teinté d’une belle pincée d’humour comme le show savait si bien le faire. A côté de ça, je regrette que l’idylle avec son avocat n’ait pas eu plus de place dans l’histoire et j’ai donc trouvé peu crédible d’apprendre plus tard qu’ils s’étaient mariés. Dommage. 

8x21 1 

Du côté de Lynette, le dénouement n’est bien évidemment pas surprenant mais je reste heureuse de voir que les Scavo se sont réconciliés. C’aurait été mieux si la scène de déclaration de Tom n’avait pas été entachée par des gestes d’un gamin de 8 ans avec ses « Je t’aime gros comme ça ». J’ai trouvé dommage de replonger Lynette dans une intrigue professionnelle alors qu’on n’a pratiquement vu que ça pour elle pendant ces 8 années.  Le retour de Katherine n’aura d’ailleurs malheureusement servi qu’à ça, j’aurai préféré la voir prendre véritablement part à l’épisode et j’ai été déçue d’apprendre sa rupture d’avec Robin. La scène du supermarché était une très belle référence au pilote du show alors que Lynette était débordée avec ses enfants et que la même ancienne collègue lui avait déjà balancé en pleine figure sa vie palpitante. Le parallèle entre les deux situations était sinon intéressant, assez marrant.

Reste enfin Gaby et Susan qui se coltinent encore et toujours les intrigues les moins intéressantes. L’idée d’inverser les rôles entre Gaby et Carlos par rapport aux débuts du show été je trouve une très bonne idée sur le papier mais il était évident que, vus les personnages, elle ne serait pas menée bien loin. J’ai trouvé ridicule que carlos reproche à Gaby de gagner plus d’argent que lui alors qu’il a eu sa révélation tout seul et a insisté pour poursuivre sa voie en plus. Néanmoins, l’entrée en scène de la belle jardinière comme une menace pour Gaby était très drôle, impossible de ne pas penser à John Rowland ! 

8x22 3

Et Susan reste égale à elle-même agacante et inutile. Je n’ai pas adhéré à ses problèmes de veuve avec MJ et son implication dans la vie de Julie était typique ! J’ai d’ailleurs trouvé dommage que Porter se retrouve à ce point mis sur le bas-côté alors qu’il est évident qu’il se démenait pour pouvoir aider Julie à élever leur fille plus tard. Je trouve d’ailleurs dommage que finalement l’intrigue autour du bébé de Porter et Julie soit restée aussi secondaire. J’aurai aimé les voir préparer la naissance et pourquoi pas finir par se mettre en couple ! Le flou est maintenu jusqu’au bout et on ne sait finalement pas si les nombreux petits-enfants de Susan étaient aussi des Scavo.

Si l’épisode 22 a servi à clôturer la plupart des intrigues principales de la saison, l’épisode 23 a plutôt bien clos l’histoire de la petite rue de Wisteria Lane. J’ai trouvé dommage que le mariage de Renée et Ben n’ait pas eu plus de temps d’audience. Etant donné qu’on n’a vu aucuns préparatifs du mariage, on pouvait bien évidemment s’en douter mais j’aurai aimé voir le grand jour de Renée alors qu’elle était habituée à jouer les accolytes. La scène où elle arrive à la mairie en hurlant sur Ben et qu’il lui répond qu’elle n’a jamais été aussi belle aurait pu être adorable si le couple n’avait pas été si discret, ils n’ont pas réussi à s’établir en vrai couple du coup. Je finirai en parlant de la toute dernière scène que j’ai adorée. Alors que Susan fait un dernier tour dans la rue pour regarder une dernière fois ce quartier qu’elle adore, Mary Alice nous parle une dernière fois depuis l’au-delà de Wisteria Lane et surtout de tous les fantômes qui la peuplent. C’est là qu’apparaissent les personnages morts au fil des années vêtus de blanc : Mike, McCluskey, Mama Solis, Karl, la dealeuse qui vivait chez Gaby, la mère de Kayla, Rex, Beth, Chuck, la mère de Katherine puis enfin Mary Alice elle-même. De belles images de fin. Goodbye Wisteria Lane. 

DH finale